Shārḥ Ālmūqn‘ (l’explication du persuasif) (partie 5).

DESCRIPTION DU MANUSCRIT

Shārḥ Ālmūqn‘ (l’explication du persuasif) (partie 5) est un manuscrit classifié parmi les œuvres du Fiqh Hanbalite, pour son auteur Ibn Qūdāmā, Ābdīlrāḥmān Ibn Mūḥāmād Ibn ʼAḥmād, décédé en 682 de l’Hégire. Ce manuscrit a été transcrit en style calligraphique cursif, Naskh, au neuvième siècle de l’Hégire. Le nombre de ses pages est 329 et ses lignes sont 23, taille 17X24.5 cm. Le manuscrit commence par : «le livre de la violation des biens qui signifie de prendre violemment possession de l’argent de l’autre, dans aucun droit. La violation est défendue par des preuves du Coran, du Hadith et du consensus des oulémas. Concernant le Coran,….» Il se termine par «une question, s’il les libérera, nous libérerons, alors nous avons demandé de boire leur tiers. S’il avait de l’argent, ils devraient libérer des esclaves de ses tiers. Leur disposition est pareille à celle des libres. Si un esclave, d’eux, s'est marié sans avoir l’autorisation de son maître.» C’est une copie antique qui représente la 5ième partie d’Ālshārḥ Ālkābīr (la grande explication). Elle a été écrite sur des feuilles arabes polies. En marge est noté certaines corrections et commentaires dont les premiers l’attestation de possession au nom de Mūsā Ibn ʼĀḥmād Ālḥājāūī par l’achat indaté du cheikh Mūḥāmād Ibn Ālsāqā, le jurisconsulte hanbalite. Il y a une autre attestation de possession indatée au nom d’Ābdūlā Ibn Ābdīlrāḥmān Ālwūhībī. La transcription du manuscrit a été faite en encre noire.

Titre du manuscrit:

Shārḥ Ālmūqn‘ (l’explication du persuasif) (partie 5).

Thème du manuscrit:

Autre titre (Sous-titre):

-

Début du manuscrit:

le livre de la violation des biens qui signifie de prendre violemment possession de l’argent de l’autre, dans aucun droit. La violation est défendue par des preuves du Coran, du Hadith et du consensus des oulémas. Concernant le Coran,….

Fin du manuscrit:

une question, s’il les libérera, nous libérerons, alors nous avons demandé de boire leur tiers. S’il avait de l’argent, ils devraient libérer des esclaves de ses tiers. Leur disposition est pareille à celle des libres. Si un esclave, d’eux, s’est marié sans avoir l’autorisation de son maître

Nom du copiste:

-

Date du copiage:

Commentaire, remonte au 9ème siècle de l’Hégire.

Lieu du copiage:

-

Style de calligraphie:

style calligraphique cursif, (Naskh)

Nombre des feuilles: Nombre des lignes: Taille: X cm

Nombre des feuilles: 286; Nombre des lignes: 37; Taille: 29.5×19.5 cm.

Langue

Numéro de réservation:

371/ avis jurisprudentiel.

N.B.:

C’est une copie antique qui représente la 5ième partie d’Ālshārḥ Ālkābīr (la grande explication). Elle a été écrite sur des feuilles arabes polies. En marge est noté certaines corrections et commentaires dont les premiers l’attestation de possession au nom de Mūsā Ibn ʼĀḥmād Ālḥājāūī par l’achat indaté du cheikh Mūḥāmād Ibn Ālsāqā, le jurisconsulte hanbalite. Il y a une autre attestation de possession indatée au nom d’Ābdūlā Ibn Ābdīlrāḥmān Ālwūhībī. La transcription du manuscrit a été faite en encre noire.